Calcul d'itinéraire
Tracez l'itinéraire pour venir au Med's en indiquant votre lieu de départ ci-dessous :

Adresse

Localité

Code Postal

Pays

Visiteurs
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Expositions artistiques
PDF Imprimer Envoyer

Share/Save/Bookmark
 
PDF Imprimer Envoyer
Expo Serguei Samorodov décembre 2011 au Med's
Share/Save/Bookmark
 
PDF Imprimer Envoyer
Share/Save/Bookmark
 
PDF Imprimer Envoyer
« Une peinture de plain champ »
La peinture de Pierre Preneron ne se limite pas à la représentation obsédante de signes qu’ils soient fleurs, fruits ou autres
sujets. La répétition des motifs représente au contraire un autre écho que celui de la nature : les effets mystérieux du geste.
Elle n’est pas non plus l’équivalent d’une fatigue esthétique. Son art n’est ni accumulatif, ni additif, mais le résultat visuel
d’une méditation : la maîtrise de l’infime pour exprimer l’essentiel de son secret.
Pierre travaille les motifs pour observer leur combinaison. De cette interdépendance, naît une solution, « l’évidence de
l’artiste ». Mais cette mise en évidence n’est pas aussi simple qu’elle paraît. Dans son oeuvre ressort certes une « logique
colorée » mais cette démonstration procède d’un équilibre délicat entre deux forces contraires : « les lois de la raison et les
intérêts des sens comme l’écrivait Schiller ».
Les intérêts des sens représentés par un foisonnement de giclures, de zébrures et un éclatement des motifs en bout de toile
qui perd le regard hors du champ du tableau.
Les lois de la raison sont illustrées par des ornements en gros plan et multipliés qui s’alignent par rangées très ordonnées
comme des produits de jardinage. La peinture de Pierre a la diversité d’un champ : rectiligne comme le tracé d’un sillon,
hachurée comme le passage de la charrue. Elle en a aussi les notes. Disciplinée et jaillissante, elle traduit son goût pour la
musicalité des formes et des couleurs et son souci philosophique d’accorder sensualité et spiritualité.
Pierre fait des toiles comme il parcourt des kilomètres à pied. Se connaître, c’est aussi s’oublier. Un oubli de soi-même avec
pour récompense une oeuvre de « plain champ ».
Le peintre Edouard Pignon a dit : « Dans une vie, qu’est-ce que vous pouvez gagner ? Rien de mieux que le désir de vous
battre ».
Pierre bat pavillon, celui de peinture.

Tél. : 09 81 61 19 08

argaiv1375

06 43 28 49 26

06 83 10 44 17


www.lemeds.com
E-mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Share/Save/Bookmark
 
PDF Imprimer Envoyer


Exposition

2010 : une nouvelle odyssée de l’espace

Exposition jusqu’au 30 octobre

Marqué par l’exil, Salah, artiste kabyle, est arrivé en France en 2001.

Le film de Stanley Kubrick, 2001, l’Odyssée de l’espace est sorti en 1968. Cette année-là, Salah, aujourd’hui âgé de 34 ans, était peut-être  quelque part dans l’espace attendant son heure pour entreprendre un voyage intersidéral et rejoindre notre planète.

A-t-il vu le film de Kubrick par la suite ? Nous l’ignorons.

En tout cas, l’une de  ses toiles actuellement présentées dans la grande salle du Med’s, nous montre une série de caméras aux couleurs vives. Elles se posent sur d’autres toiles figurant sur le mode burlesque des tétines de toutes les couleurs ou des chapeaux d’homme qui sont, pareils à des vaisseaux spatiaux, comme en suspension dans le noir épais de l’univers des rêves les plus fous. Peintre de la mobilité, Salah peut, dans le noir absolu, imaginer tous les objets. Et là, curieusement, ce sont des ombrelles et des parapluies aux belles couleurs qui viennent habiter l’espace dans un mouvement doublement circulaire et vertigineux.

Peintre de la modernité, installé comme un enfant sur l’écran noir de ses désirs les plus secrets, Salah nous fait aussi voyager dans la tradition de la grande Kabylie de son enfance en nous laissant voir, par exemple, des poteries du 13ème siècle dans l’une de ses toiles les plus abouties : celle-ci est parfaitement ordonnée, se présentant sous forme de frises successives et ascendantes illustrant chacune, des générations successives,  les civilisations turque, grecque ou romaine pour finalement exploser dans les bulles multicolores  de la modernité retrouvée.

Confortablement installé dans un fauteuil du Med’s, laissez-vous donc aller et pénétrez dans de nouveaux espaces de perception. Lorsqu’on l’interroge sur les dominantes de son univers interstellaire, Salah parle des bleus qui reviennent souvent. Pure coïncidence ? C’est aussi le Beau Danube bleu qui accompagne la valse des vaisseaux spatiaux en orbite lunaire dans le merveilleux film de Stanley Kubrick.

Maintenant, saisissez votre fauteuil et retournez-le. Vous êtes face à une galerie de portraits disposés en frise sur toute la longueur du mur. L’humanité apparaît dans sa diversité inouïe : espèces existantes, espèces disparues, jeunes, vieux, hommes et femmes rassemblés et observant les toiles accrochées sur l’autre mur. Sont-ils candidats à un voyage intersidéral ? Ont-ils déjà fait le grand saut ? En tout cas, ils font de cette belle  salle du Med’s un gigantesque sas, prélude à toutes les explorations.
Share/Save/Bookmark
 
Plus d'articles...
<< Début < Préc 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 2 de 3