Calcul d'itinéraire
Tracez l'itinéraire pour venir au Med's en indiquant votre lieu de départ ci-dessous :

Adresse

Localité

Code Postal

Pays

Visiteurs
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter

Témoignages

Signer le Livre d'orSigner le Livre d'or:

ROMY JAY     23 Octobre 2011 13:29 | aix en provence
VoteVoteVoteVoteVote
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
un merveilleux couscous...fait avec l'ingrédient le plus précieux...l 'AMOUR des belles et bonnes choses...qui nourrissent autant nos âmes que nos délicats estomacs. Tess est une fée qu'il est bien rare de rencontrer...alors bénissons le hasard (qui n'existe que par le nom) de nous avoir fait pousser cette porte un soir de "blues"....

PANASIUK     29 Septembre 2011 22:38 |
Attention, ce lieu est dangereux à fréquenter tellement tout n'est qu'élégance !
André P. ... encore sous le charme

Gérard B     13 Juin 2011 09:33 | marseille
VoteVoteVoteVoteVote
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
DE VESOUL AUX MARQUISES 10 JUIN 2011 J.M. DOS SANTOS

Comment chanter Bruxelles après avoir lu les observations cruelles qu’a pu en faire Baudelaire, et quelques-uns des aphorismes impitoyables de Brel que nous rapporte Jean-Marc dos Santos ? Eh bien, c’est tout simple : laissons là l’artillerie lourde et la fanfare du Bruxelles puissamment orchestré de Brel pour nous laisser bercer par la guitare et la voix de velours de Jean-Marc dos Santos. Un Bruxelles à sa manière.

La transition est belle. Jean-Marc nous propose maintenant un autre Bruxelles, celui du talentueux mais trop discret Dick Annegarn : histoire d’amour contrariée, à l’ombre d’un ennui paisible et d’une concurrence inégale entre Bruxelles et la Ville lumière, magnifiquement illustrée plus tard par Les Prénoms de Paris, chanson un peu moins connue de Brel..

Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Jean-Marc a déniché quelques pierres précieuses d’un artiste dont on pensait pourtant (presque) tout connaître : un texte d’abord, Je suis l’ombre des chansons ; sa première chanson ensuite, Vivre debout et puis l’Ivrogne, dont les accents sont parfois, n’en doutons pas, familiers à Brel.
Jean-Marc nous surprend encore en reprenant en français et en brésilien la Quête, attribuée à tort à Brel, et en nous interprétant un superbe Gauguin que Barbara avait écrit en hommage au Grand Jacques.
Pour le plus grand plaisir du public, Jean-Marc interprète un tempétueux Amsterdam et Les Vieux, chanson à la fois tendre et glaçante.

Il se tourne désormais vers le piano pour nous livrer quelques-unes des plus belles chansons du répertoire de Brel. Elles sont toutes tirées de son dernier disque. Si les chansons les plus connues des années 60 appartiennent à l’histoire de la chanson française, est-il excessif d’affirmer que Les Marquises tutoie l’insondable mystère de l’humanité. N’est-ce pas une audace inouïe que d’évoquer d’emblée les « guerres d’Irlande » pour nous laisser ensuite Voir un ami pleurer ?
Trop compliqué et méfiant, Brel ne souhaitait pas se tenir trop près des barricades du Printemps 68. Pourtant son Jaurès reste sans nul doute l’un des plus beaux hommages rendus à la classe ouvrière du vingtième siècle.

En attendant l’arrivée des derniers spectateurs au Med’s, Jean-Marc nous avait donné, en avant programme, trois chansons de Claude Nougaro, notamment le puissant Jacques Audiberti et le sans concession Bidonville, mariant avec bonheur rythmes et paroles françaises et brésiliennes.
Nougaro, Brel : deux géants servis par un généreux artisan.

Sophie     03 Mai 2011 16:29 |
VoteVoteVoteVoteVote
De l'intérieur vers l'extérieur
De l'extérieur vers l'intérieur

Beau voyage et profond. Belle équipe.

Merci

Corinne     03 Mai 2011 16:29 |
VoteVoteVoteVoteVote
Un moment de détente et de poésie emporté par la diversité des sons et le jeu du corps

Katia Masselot     03 Mai 2011 16:27 |
VoteVoteVoteVoteVote
Hier vu, aujourd'hui entendu mais tout autant de magie dans ce jardin.
Marie hélène Desmaris toujours aussi gracieuse, riche, vivante...
Danielle magique...Photos superbes ... lumières en phase ...
que de beauté...Dedans, dehors, au travers, avec ...
Le meilleur pour ce jardin.

Chantal Bousseau     03 Mai 2011 16:27 |
VoteVoteVoteVoteVote
Le 29 mars 2011, rendez vous au jardin, un jardin magique comme dans mon enfance...
C'est toute une vie que l on devine, que l on découvre.
C'est une ouverture légère, gracieuse, on s envole , on rêve, on déguste cette composition due aux talents conjugués
de Marie hélène , Danielle et deux Gérard
Merci de ces moments de bonheur.

Florence     03 Mai 2011 16:26 |
VoteVoteVoteVoteVote
Un lieu poétique , traversé d'effluves divines, où se déroule une composition d 'après Fukushima pleine de grâce, au final joyeux.
Merci

Alex     03 Mai 2011 16:25 |
VoteVoteVoteVoteVote
Tous nos sens éveillés pour ce quatuor artistique, où la grâce végétale de Marie hélène Desmaris est sublimée par l'aérien musical de Danielle Laurent
Merci

Berne Gérard     04 Avril 2011 18:06 | Art'penteur photographe
VoteVoteVoteVoteVote
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
La préparation d'"Au jardin des Gouttes" par le quatuor l'ayant créé fut d'abord une savoureuse aventure...Puis vint le moment du spectacle vivant, le bien nommé, avec un public intime le 29 mars, plus étoffé le 2 avril...qu'importe le nombre, que de moments vibrants, chaleureux, en un mot délicieux, de partage, hautement convivial...Les corps et l'esprit fussent-ils fatigués, pouvaient se réveiller, s'étonner, se délanguir aux douces surprises d'espaces habités de présences, lumières et sons inouïs du lieu de spectacle, aux échanges seriens et conviviaux, jusqu'aux méloppées et chants cadeaux qui s'ensuivirent, sur fond de mets méditerranéens...beaucoup de silences porteurs d'écoute et d'attentions, nul n'est besoin de paroles alors, ne laissant place qu'aux éticelles des mirettes, aux douces palpitations du for intérieur, un unisson de nos coeurs...
Tendre remerciements à toutes et tous, Gérard Berne.


38
Témoignages
<< Début < Préc 1 2 3 4 Suivant > Fin >>